Il poursuit sont patron parce qu’il ne lui donnait pas assez de travail !

Un salarié a saisi le tribunal des prud’hommes de Paris, parce que son patron ne lui donnait pas assez de travail à accomplir. Ce qu’on appelle le bore-out !

Un cas de bore-out au tribunal des prud’hommes de Paris

Vous connaissiez le burn-out ? L’art de trop en faire et puis de se dégonfler soudainement, victime d’une fatigue, voire d’une déprime, qui peuvent durer plusieurs semaines. Et bien maintenant, il faudra compter également sur le bore-out, qui pourrait faire son entrée dans les pathologies que l’on attrape au travail.

Il s’agit au contraire de qualifier un manque de travail, involontaire. S’embêter au travail, en somme. C’est ce qu’aurait semble-t-il vécu un salarié qui a saisi le tribunal des prud’hommes de Paris, qui étudie l’affaire depuis lundi. Cet homme en veut à son chef de ne pas lui avoir confié assez de travail, de l’avoir « placardisé ».

Bore-out et burn-out ne sont pas considérés comme des maladies professionnelles

Un processus qui, selon le plaignant, l’aurait conduit jusqu’à l’épuisement professionnel. Comme quoi ne pas en faire du tout peut être aussi fatiguant que d’en faire beaucoup trop ! Le salarié demande aujourd’hui le paiement des indemnités compensatrices de préavis, auxquelles il n’a pas eu droit, ainsi que 150 000 € de dommages et intérêts.

À l’heure actuelle, burn-out et bore-out ne sont toujours pas considérés par l’État comme des maladies professionnelles. Et cela, alors que ces termes reviennent de plus en plus fréquemment dans l’actualité, mais également au sein des entreprises, où des arrêts de travail sont fréquemment délivrés chez les personnes qui en sont atteintes.

Source : news.radins

 

Partagez avec vos amis:

Commentaires

commentaires

Aidez nous à nous améliorer..

Aimez notre page Facebook Svp. Merci.